Comment exploiter le temps perdu durant le trajet domicile travail ?

Photo Voyageurs - shutterstock

 

Saviez-vous qu’à deux pas de la Gare d’Asnières se situe un cimetière pour animaux, où Rintintin a été enterré et où il est honoré par une statue ?

Voilà le genre d’informations que la SNCF met depuis peu à la disposition des voyageurs sur tout le réseau Île-de-France. Sa nouvelle appli Hapi vous propose de découvrir gratuitement le patrimoine régional grâce à la géolocalisation.

Tous les thèmes sont traités, l’histoire de grands artistes, ayant vécu le long des voies ferrées, les parcs et les châteaux, en passant par le patrimoine rural ou industriel.

Cette application a été téléchargée 26.000 fois avant cet été.

En agissant ainsi la SNCF répond à un besoin des Franciliens, pour une majorité desquels les trajets domicile/bureau constituent un désagrément selon l’ORSTIF.

Du temps perdu

Cette initiative permet de revenir sur un sujet chaud, qui détermine une partie de notre qualité de vie : Combien de temps les Français mettent-ils pour se rendre sur leur lieu de travail ?

  • 23 minutes en moyenne pour un aller simple, selon une enquête publiée en 2014 par Randstad, ce qui représente en cumulé 1 semaine par an.
  • pour 35% des personnes interrogées, cette durée excède les 30 minutes,
  • voire une heure pour 7% des sondés.

Les temps de parcours les plus longs se retrouvent logiquement en Ile-de-France, avec une durée moyenne pour l’aller simple de 33 minutes. Mais, pour près d’une personne sur trois (32%), il faut compter plus de 45 minutes.

Les autres régions nécessitant le plus de temps de transport sont la Picardie et la région Rhône Alpes.

La corrélation des diplômes

Cette étude, réalisée auprès de 6 000 salariés potentiels, montre également que plus les salariés sont diplômés, plus leur temps de trajet est long.

Ainsi, les détenteurs d’un niveau Bac +4 ou Bac+5 mettent en moyenne 28 minutes pour se rendre au travail,

  • contre 24 minutes pour un Bac +2,
  • Et 19 minutes pour le titulaire d’un CAP.
  • Et 16 minutes pour les non-diplômés

Cela s’explique principalement du fait de la part importante de cadres qui exercent leurs fonctions dans de grandes métropoles, notamment en région parisienne.

Selon l’Insee, l’aire urbaine parisienne accueillerait plus d’1 million de cadres, ce qui représente environ 25% du total national.

Un temps utile

Avec les outils numériques, les voyageurs disposent désormais de la possibilité d’engager de multiples activités dans le train, comme s’informer, voire se former, par exemple aux langues vivantes.

Les casques permettent également de consulter des documents audio sans gêner le voisinage.

De courtes vidéos peuvent être consultées entre 3 ou 4 stations de métro.

La question primordiale en voiture reste celle de la sécurité. Il est plus difficile d’imager une formation pendant la conduite.

Les CSP+

Selon l’INSEE :

  • Les cadres et les employés franciliens sont plus nombreux à utiliser les transports en commun que les autres catégories socioprofessionnelles.
  • Les femmes ont plus souvent recours que les hommes aux transports en commun et à la marche.

Dans ces conditions, une entreprise qui souhaite atteindre les cadres ou les femmes doivent envisager de concevoir un contenu spécifique, qui permette de mettre à profit ce temps perdu.

A condition qu’il soit court, voire ludique, pour agrémenter leurs déplacements sans ajouter de la fatigue, notamment en fin de journée.